Petite analyse d’une journée dans un champ de framboises

Partager sur :

FacebookTwitterPinterest


À chaque année nous allons cueillir des framboises et autres petits fruits en famille. À chaque année j’oublie que ce n’est pas l’idée du siècle. J’ai donc décidé d’écrire ceci pour m’aider à m’en rappeler. Vous êtes curieux de voir mon analyse?

Ils ont tout compris les cultivateurs de fraises-framboises-bleuets. Maintenant dans la plupart des endroits il y a un quota minimum de panier par personne à remplir. Fini le temps où tu prenais un panier à 8$ pour 4-5 personnes et que tu en mangeais pour 20$. C’est donc avec nos 5 paniers (oui 5 même si le petit dernier dormait dans la poussette à notre arrivée) que nous avons pris les framboisiers d’assaut pour remplir nos casseaux.

Les types de cueilleurs

Dis-moi comment tu cueilles tes petits fruits et je te dirai qui tu es.

C’est intéressant d’analyser les différentes personnalités des membres de la famille en examinant leur façon de cueillir. En tout cas, ça me change le mal de place pendant que je me grafigne les bras sur les framboisiers.

On joue à un jeu ?

Je vous donne les caractéristiques de 5 types de cueilleurs et vous devinez de quel membre de la famille il s’agit.

Type 1

Ce premier type prend ça très au sérieux. Il veut que ce soit une belle activité familiale mais ne veut quand même pas y passer la journée. Il donne la formation aux autres membres de la famille et montre comment cueillir les bons fruits. Comme il sait que ce sera plus ou moins efficace, il aura plein de petites queues à enlever à la maison mais ce n’est pas la fin du monde.

Il est efficace et se permet d’en manger très peu pour que son panier se remplisse rapidement. Bien sûr, quand il finit de remplir le sien, il est pogné pour aller aider les autres membres de la famille, beaucoup moins rapides.

Crédit photo : Blogue à part

Type 2

Le deuxième est hyper perfectionniste. Il sélectionne les petits fruits comme s’il s’agissait d’un concours du plus beau panier de framboises de la région de Québec. Il ne comprend pas que de toute façon, les framboises au fond vont se faire écraser par celles du dessus. Bien sûr, avec cette méthode, son panier ne se remplit pas vite…

Aussi il en profite pour examiner les différentes espèces. Comment les plantations sont faites. Le système d’arrosage. Rien qui ne sert à accélérer le processus. À sa décharge, il est aussi responsable de surveiller la poussette et la progéniture qu’elle contient. Par contre le type 1 remarque que ladite poussette est souvent 4 rangées plus loin.

Type 3

Quant au troisième type, il est une mini version du premier. Il prend ça à coeur et en mange pas mal mais remplit avec une pas si pire cadence son petit panier. Compétitif, il veut être celui qui en ramassera le plus dans la catégorie junior. Il n’y a rien de plus à dire sur ce type, il est en voie de devenir un vrai type 1 quand il sera grand.

Type 4

Le quatrième, lui, fait semblant d’être hyper perfectionniste. En fait, il est dégoûté de devoir remplir le grand format de panier à cause de son âge. Il dit qu’il ne trouve pas de fruits assez mûrs, assez beaux, assez gros. Bref il marche en regardant par terre et au ciel et son panier se remplit à la vitesse «minuscule petit V». Il est même soupçonné de simuler une envie de pipi pour prendre une pause de sa déjà non-productive cueillette.

On finit par lui dire de vider le contenu de son fond de panier dans celui d’un autre. Qu’on se servira du sien pour aller cueillir des bleuets puisque tout le monde en a marre de se griffer les bras sur les framboisiers. On l’encourage en disant qu’on le fera à 5 celui-là, que ça va aller vite. On oublie de spécifier que des bleuets c’est encore plus petits que des framboises. Que comme on est en début de saisons, des bleuets bien bleus c’est aussi rare qu’une nuit de 8 heures pour une maman.

Crédit photo : Blogue à part

Type 5

Le cinquième dort la moitié de l’activité. Alors dès qu’il se réveille, il est encouragé à manger autant de petits fruits qu’il veut pour rentabiliser le 6$ de panier qu’il coûte sachant très bien que ce n’est pas lui qui va le remplir, son panier… (Il faut en profiter car bientôt il vont peser les gens à l’entrée et à la sortie, c’est écrit dans le ciel.)

Après avoir mangé à s’en écoeurer, il garroche de la terre et des mauvaises herbes sur le type 3 et le type 4. Ceux-ci le poursuivent à coup de bâtons qu’ils trouvent entre les rangées d’arbustes tellement plus facilement que les petits fruits.

Que du bonheur !

Et vous, quel est votre type ?

Sachant qu’il y a Maman, Papa, Fiston 10 ans, Fillette 6 ans et Petit coco 4 ans, je vous laisse deviner à quel type appartient chaque membre de ma tribu. Vous m’avez trouvé facilement ?

Maintenant je vous laisse. Je dois aller laver et congeler la moitié de notre récolte pour ne pas en perdre. Parce que c’est connu, dans 2-3 jours plus personne ne voudra en manger. #viedemaman

Partager sur :

FacebookTwitterPinterest


Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *