La vérité sur les fêtes d’enfants

Partager sur :

FacebookTwitterPinterest


À partir du mois de mars, il y a un raz-de-marée d’anniversaires de naissance chez nous. Plus précisément trois fêtes d’enfants en dedans de quatre mois, une vraie plaie, je m’en confesse.

Penser à la thématique, aux invitations, aux activités, à la déco, aux gâteaux, aux cadeaux, c’est intense. Et quand une est finie, il faut penser à la suivante. À cette période de l’année, le vase de ma charge mentale est toujours sur le point de déborder. Puis j’avoue, pour mon chum qui a sa fête au milieu de tout ça, je botch un peu…

Enfants socialement très actifs

C’est sans compter toutes les fêtes d’amis auxquels mes enfants sont invités. Il faut gérer un agenda juste pour ça. Et ajouter une case «Cadeaux aux enfants du quartier» dans le budget familial. Ce n’est pas mêlant, mes enfants ont une vie sociale plus active que la mienne.

Tellement que nous devons refuser certaines invitations au grand désarroi de mes enfants. Si je n’ai jamais entendu parler du petit Ludovik, c’est pas vrai que je vais aller courailler un cadeau de fête qui risque de finir dans le fond d’un garde-robe de toute façon, on se limite donc aux «vrais» amis.

Ma fête est plus grosse que la tienne

Puis là je ne parle même pas de ceux qui louent des poneys, des princesses, des clowns et installent des jeux gonflables dans la cour. Chacun ses ressources pour survivre et entertainer tout ce beau petit monde. Je parle de longueur de la fête.

La dernière invitation de Fiston pour la semaine prochaine spécifie que la fête commence le vendredi après l’école et se termine le samedi en fin d’avant-midi! C’est quoi ça !? Moi quand j’organise une fête, ça commence à 13:00 et ne sois pas en retard pour revenir chercher ton rejeton à 16:30 parce que sinon il va attendre dans le banc de neige. (Avis aux parents des ami(e)s de mes enfants, c’est une blague.)

Quel parent est assez courageux slash masochiste pour faire une fête qui dure presque 24 heures ? À quoi mon fils va s’attendre à son prochain anniversaire ? Comme ça tombe à la relâche, il faudrait peut-être que je trimballe 5-6 de ses amis dans un tout-inclus pendant une semaine ?

La clé : lâcher prise, je l’sais !

Pourtant j’ai compris avec les années. J’ai lâché prise sur l’organisation d’activités réglées au quart de tour. J’ai compris que les enfants, ce qu’ils aiment le plus, c’est jouer ensemble à foutre le bordel dans ta maison. Quand tu as deux enfants nés début mars et avril tu espères juste que la température soit assez clémente pour pouvoir aller jouer dehors au moins une petite heure voir deux c’est encore mieux, histoire de limiter les dégâts…

J’ai d’ailleurs aussi compris assez vite que les plus belles fêtes d’amis, elles ne se passent pas à la maison. Faire ça ailleurs, c’est vraiment l’idéal. Ça coûte un peu plus cher mais ça économise ta patience et ton plancher de bois-franc.

La seule chose que tu as à penser c’est fournir une bonne dose de sucre aux enfants juste avant de les relâcher à leur famille, pas au début là ! C’est toujours embarrassant d’appeler un parent parce que son kid a eu la témérité (allouée à un rush de sucre) de sauter d’un module de jeux de 3 mètres de haut et lui annoncer qu’il a probablement une fracture du fémur.

Enfin une fête en été

Puis là, il y a mon petit dernier qui va avoir 4 ans en juin. J’ai décrété depuis mon premier que les fêtes avec des amis c’est à 5 ans chez nous, pas avant. Pas question d’avoir à la maison des petits cocos qui braillent tout le long parce qu’ils ne comprennent pas pourquoi papa-maman les ont dompés dans une maison inconnue avec un cadeau dans les bras qu’ils n’ont visiblement pas l’intention de donner.

Toujours est-il qu’il me reste donc encore un an de répit pour celui-là mais dans son cas, c’est déjà tout réfléchi. On va louer un jeu gonflable et on va surveiller 4-5 petits gars surexcités se bousculer dans la glissade bien assis sur des chaises de parterre en sirotant une Sangria (pas trop alcoolisée quand même…) beau temps, mauvais temps! Manger des petits gâteaux en dessous d’un parasol en guise de parapluie c’est magique non ?

J’aurais un malaise à remettre des enfants congelés à leurs parents mais un peu de pluie n’a jamais tué personne. On séchera le jeu gonflable au séchoir à feuilles s’il le faut, ça doit se louer ça aussi non ?

Et, soyons fous, on risque de remettre ça, année après année ! Vive les fêtes en été.

Tout ça, ça arrête quand ?

Mais LA question dans tout ça : jusqu’à quel âge les fêtes d’amis sont requises selon vous ? Je pensais arrêter à 10 ans mais il paraît que ça ne se fait pas si j’écoute Fiston qui célébrerait son dernier anniversaire entre amis cette année si je fais ça.

Je vais donc y penser…

Partager sur :

FacebookTwitterPinterest


Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *