Un de mes souhaits pour 2019 : Un monde virtuel meilleur

Partager sur :

FacebookTwitterPinterest


Avant de souhaiter un monde virtuel meilleur il serait préférable d’envisager un monde meilleur tout court diront certains. Plusieurs passeront tout droit sur ce sujet parce que ça ne les intéressent pas. D’autres seront du même avis que moi en se doutant bien que c’est un peu utopique que d’oser espérer ce genre de chose.

Tout ça, c’est le genre de réaction normale et attendue à toutes opinions données en public. Mais qu’en est-il de ceux qui prennent les médias sociaux pour une tribune afin d’exulter toutes les frustrations qui les habitent ?

Puis là je ne parle pas de celui qui harcèle une ou des personnes avec ses propos ou bien celui qui profère carrément des menaces. Ceux-là j’espère que la justice saura s’en occuper si plainte il y a…

Je parle plutôt du chialeux du dimanche (pis du lundi, mardi, mercredi,…). Lorsque ça devient une activité en soi de chercher des poux là où il n’y a pas de singes, ça devient intrusif et désagréable.

Ton précieux point de vue

Oui je m’adresse à toi qui a une opinion sur tout. Une opinion aiguisée au couteau, tranchée avec le même couteau et sans appel sur autant de sujets qu’il y a de temps libre dans ta journée. Que tu exprimes ton désaccord, que tu donnes ton point de vue, c’est correct. Sur tout ? Tout le temps ? Ok à la limite il faut respecter ton grand besoin de t’exprimer si bien sûr tu le fais avec un minimum de savoir-vivre.

C’est simplement dommage que parfois tu ne prennes même pas le temps de tout lire avant de répondre ou que tu dises ce que tu penses alors qu’une simple information ait été demandée. Quand tu généralises, c’est encore pire !

Dans le jargon des médias sociaux on appelle ça des trolls.  Il y en a différents types mais je ne veux pas faire leur éloge en dépeignant leur différent portrait. Ça peut tellement être n’importe qui de toute façon. Par contre j’aimerais dont que mon souhait pour 2019 porte à réflexion pour quelques éternels argumenteux-chialeux-critiqueux-au-nom-de-la-liberté-de-parole.

Quand ton opinion est la seule valable. Que celui qui pense le contraire de toi est le pire des crétins. Que tu argumentes sans fin pour avoir le dernier mot. Que tu es toujours à la limite de l’arrogance ou bien carrément dedans. Je trouve ça triste. Je trouve ça triste pour toi parce que je me dis que tu ne peux pas faire autrement que d’avoir beaucoup de colère en toi et que ce ne doit pas être facile tous les jours ta vie. Mais est-ce une raison pour nous faire suer ?

Est-ce qu’on est tous obligé de te subir ? La réponse c’est non mais on te subit pareil et c’est lourd !

Le reflet de la réalité

Je sais, ce qui se passe sur les réseaux sociaux est le reflet de la vie réelle. En fait c’est plus qu’un reflet. C’est une image agrandit x1000 de ce qui se passe dans la réalité. Quand tu te dis fidèle à toi-même parce que tu es comme ça dans la vie de tous les jours et que pour toi c’est un argument qui justifie ton attitude virtuellement douteuse laisse-moi te dire ceci : dans la vraie vie,  j’ai au moins le privilège de choisir si tu en feras partie ou non.

Dans la vraie vie on peut la plupart du temps choisir de fréquenter qui on veut. On peut décider de ne pas laisser entrer dans notre cercle d’amis ou de connaissances quelqu’un qui est toujours dans la confrontation. Dans tous les cas on n’est pas obligé de l’inviter dans notre salon. Les collègues de travail désagréables, on s’en tient loin.  Les membres de la famille qui nous donnent de l’urticaire on les endure dans les occasions spéciales seulement.

Mais sur les réseaux sociaux, quand tu viens t’immiscer dans une conversation qui se voulait à la base une discussion ouverte sur un sujet banal, tu m’excuseras mais je trouve ça agressant parce que tu ne me donnes pas le choix de te voir décharger ton fiel. Tu ne penses pas deux secondes à ceux dont c’est le travail de gérer tes commentaires.

C’est trop facile de faire de la rage au clavier. Pourquoi ne pas simplement passer ton chemin quand tu sens que ça pourrait déraper ? Je ne peux faire autrement que de penser que c’est parce que tu aimes ça. C’est le genre d’adrénaline qui pimente ta journée ? Encore une fois, quelle tristesse.

La conséquence de tes actes

Tu n’as aucune considération pour ceux qui devront absorber ton flot d’insultes, c’est déplorable. À cause de toi, les règles sont resserrées dans les groupes Facebook. Des gestionnaires de communauté se tournent la langue sept fois avant de tenter une réponse pour calmer le jeu.

Des personnes sans malice finissent par trouver que le monde virtuel est dont bien laid et le quitte alors que nous devrions tous pouvoir nous servir de cette ressource pour s’informer, se divertir et s’entraider sans devoir être confronté à de si négatives personnes qui se vident le cœur et crachent leurs mots à qui ne voudra pas les lire.

Un désir bien naïf que d’espérer un monde virtuel meilleur ? Peut-être, mais laissez-moi ma naïveté, c’est elle qui me permet de continuer de naviguer dans cet univers parallèle…

Laissez-moi penser qu’on peut montrer le bon exemple à nos jeunes en agissant de façon respectueuse autant dans la vraie vie que dans le monde virtuel.

Et vous ? Il y a un ou des aspects des réseaux sociaux qui vous rebutent ? 

Partager sur :

FacebookTwitterPinterest


Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *